Renault 5 GT Turbo. La bombe à retardement.

Les amateurs de belles mécaniques et les influenceurs se délectent aujourd’hui des Lancia Delta Integrale et autre voitures à quatre roues motrices qui ont terrifié le Groupe A. Instagram est à la mode des youngtimers. On « like » l’allure brutale des voitures et du coup la spéculation sur les automobiles de collection en font des joyaux très convoités.


Par Fabian GIORDANO, Fondateur et passionné.


Héritière d’une tradition sportive.

Ceci dit, la nostalgie puissante qui s’empare de nos quadras ne touche pas que les rois. Heureusement pour les passionnés, il reste des perles abordables. Mordus du turbo, amateur purs et durs de la dump valve, vous devriez prendre le temps de redécouvrir la Supercinq GT Turbo.

Pour la petite histoire, la Super 5 GT Turbo est le modèle sportif de la Super 5. Elle est commercialisée par Renault à partir de mars 1985 pour répondre à la concurrence de l’époque sur ce segment : la Golf GTI et la Peugeot 205 GTi.

Ce modèle, victime aujourd’hui de l’ombre de son grand frère, la Renault 5 Turbo, s’inscrit donc dans la tradition sportive du constructeur. Il sera d’ailleurs décliné en quatre modèles principaux : la phase 1, la phase 2, la version « Coupe » et la version limitée baptisée « Alain Oreille » en hommage au pilote qui en fera une championne mondiale de Groupe N.

La candidate idéale pour progresser en VHC.

Si l’histoire a aujourd’hui oublié les drames liés à la folie du Groupe B, il faut en tant que pilote s’en rappeler avant de choisir sa monture. Maîtriser une Delta S4 ou une Peugeot 205 Turbo 16 sur le tour de Corse Historique nécessite quelques années d’apprentissage.

Que se soit donc en premier ou second véhicule, il faut apprendre à considérer la richesse de la Super 5 GT Turbo. Animée par le mythique « moteur Cléon-Fonte » greffé d’un turbo Garrett, la Super 5 n’est pas une « petite voiture ». Pour rappel, elle était la reine du Groupe N et la candidate idéale au « scratch ».

C’est aussi une solution abordable car les pièces et l’entretien de l’auto restent démocratique. Pour rappel, le Groupe N, avait et a l’avantage d’être relativement économique, notamment par rapport au Groupe A, car il faisait s’affronter des voitures de série, en permettant notamment d’homologuer des boîtes de vitesses, transmissions et autres prévues uniquement pour la compétition.

Alain Oreille et sa Super 5 Turbo restent dans l’histoire comme étant les seuls à avoir remporté une manche du Championnat du monde des rallyes avec une voiture du groupe N

Rallye Côte d’Ivoire 1989

La saga « Alain Oreille ».

Sur le plan des résultats, Alain Oreille fut pendant plus d’une décennie pilote officiel pour Renault et le principal activiste du succès de la GT Turbo. Il représenta la marque en championnat de France et la GT Turbo lui permit d’acquérir ses deux titres en groupe N du championnat du monde des rallyes (WRC) en 1989 et 1990. Et si vous doutez de l’efficacité d’un GT Turbo… Alain Oreille reste dans l’histoire comme étant le seul pilote à avoir remporté une manche du Championnat du monde des rallyes avec une voiture du groupe N, au Rallye de Côte d’Ivoire durant l’édition 1989!

L’intérêt d’un R5 turbo pour votre collection?

Une voiture de compétition trouve toujours une place intéressante dans une collection. Elle permet de célébrer un événement et de faire rêver les enfant tout dynamisant un espace. Seul bémol, le prix, souvent prohibitif. L’exception est cette GT Turbo Groupe N qui se négociera dans les 15.000 (pour un exemplaire bien préservé) à 25.000 Euros pour une voiture de compétition. Soit un investissement tout à fait raisonnable pour un véhicule passion à la valeur clairement sous-estimée.

Si vous hésitez, rappelez-vous l’essentiel. Ce qui fait la valeur d’une voiture est son pédigrée. Championne du Monde en Groupe N, victorieuse d’une marche de WRC… La GT Turbo née en 1984, fera trembler les collectionneurs et les salles de vente dans quelques années. Le modèle s’avance lentement vers la rampe de lancement, à vous d’en profiter !